Remorqueur de Haute Mer Elbe: 1959-2019

Du 24 février 1959 à ce jour, l’Elbe a écrit l’histoire du remorquage et de la navigation. Pour le voyage d’essai et le transfert de ce bateau, tout avait mal commencé : Un brouillard de plusieurs jours qui empêchait tout  mouvement. Heureusement, un soleil printanier d’une puissance inattendue a chassé le brouillard et le capitaine A. Poot a pu commander son premier court voyage et remorquage. Puis, l’Elbe a remorqué le navire à passagers « Victoria » de Vlissingen à Rotterdam en 10 heures. Des travaux plus importants ont suivi rapidement. 1959 fut une année spéciale grâce au   remorquage de deux porte-avions, simultanément, de Boston à Anvers.

Bateau Greenpeace

En 1985, l’Association des Pilotes du Maryland a fait don de son bateau-pilote « Maryland » à l’organisation environnementale Greenpeace.

L’Elbe original a été reconstruit en ajoutant des grues hydrauliques pour la mise à l’eau des célèbres canots pneumatiques. Et,  pour permettre un soutien aérien pendant les expéditions dans les eaux arctiques et trouver une route à travers la glace, le navire a été muni d’un pont d’hélicoptère. Mais, l’Elbe n’ayant pas été construit comme une « classe de glace », Greenpeace a ajouté 17 mm d’acier supplémentaire à sa proue sans remettre en cause la possibilité d’une assistance héliportée qui reste la bienvenue.

Le navire est accueilli dans les eaux de Rotterdam le 4 janvier 2002 après une absence de plusieurs années. Il revient sous le nom d’Elbe qu’il n’avait plus porté depuis Septembre 1976 et affiche une bande bleue sur la cheminée.

Le premier poste d’amarrage du navire est Schiedamse de Wiltonhaven. C’est là que la restauration commence. L’axe de l’ancre est tiré. Le mât-avant est remis dans son état d’origine, et, entre autres, sans nid-de-pie. L’élargissement du tablier du pont, avec un « tablier-sloop » couvert, est adapté et la plate-forme de l’hélicoptère retraitée sur le tablier arrière.  l’Elbe retrouve ainsi ses premiers contours de remorqueur de la mer.

Au printemps 2003, l’Elbe est au départ de la Heineken Race of the Classics. En octobre 2003 et en avril 2004, il  retourne à son port d’attache originel, Maassluis, ……jusqu’à la catastrophe du 30 juillet 2004. L’Elbe est alors  frappé par le navire de transport lourd Fairpartner qui  perce la salle des machines. L’Elbe coule en quelques minutes.

Le navire est récupéré et réparé à Vlaardingen. L’Elbe est le dernier navire du chantier naval HVO qui ferme ses portes le 27 octobre 2004. C’est ainsi que l’Elbe est conduit à Wärtsilä dans le Schiedam Wilhelminahaven, où il  coule à nouveau, cette fois par sabotage. Les volontaires voient alors des mois de travail disparaître sous l’eau, mais ils conservent leur rêve et l’Elbe sera sauvé du marteau de démolition. La restauration continue.

Samedi 12 février 2005, l’Elbe retrouve son port d’attache d’origine, Maassluis. Malgré une température de 3 degrés et un vent du sud-ouest de 8-9 degrés, le navire reçoit un accueil chaleureux de la part de centaines de personnes passionnées. La restauration sera plus gigantesque que jamais: la salle des machines est complètement revue, tous  les câbles du navire sont remplacés, l’intérieur est en grande partie démonté, l’isolation est complètement refaite, les dessus des réservoirs sont remplacés, le bois de montagne, ôté en 1976, est réinstallé, le mât arrière est temporairement enlevé et remplacé, le pavois sur le pont arrière est changé, l’aile du pont arrière est remplacée, le chapeau du compartiment moteur est modifié et les paris remis sur le pont arrière.

Toutes ces actions  font de l’Elbe un remorqueur exceptionnel qui, en 2019, a retrouvé tout  l’éclat d’un remorqueur de mer.

Il est pour la seconde fois présent à Ostende à l’Ancre et le voir vaut le détour. Il sera amarré  au quai de croisière derrière la gare d’Ostende.